Gouvernement du Yukon


Pour diffusion immédiate
Le 24 avril 2017

Le Yukon offrira gratuitement le vaccin contre le VPH aux garçons

Le Yukon élargit la portée de son programme de vaccination de 6e année afin de mieux protéger les jeunes contre le virus du papillome humain (VPH) et les cancers qui y sont liés. À partir de l’année scolaire 2017-2018, un programme de vaccination contre le VPH financé par le gouvernement du Yukon sera offert aux garçons et aux adultes de sexe masculin à risque.

Depuis 2009, la vaccination contre le VPH n’est proposée qu’aux filles de 6e année. La décision d’inclure les garçons dans le programme repose sur des preuves et des recommandations provenant de scientifiques et d’experts dont, notamment, le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) du Canada.

Citations

« Protéger les jeunes Yukonnais est l’une des priorités de notre gouvernement. Augmenter la portée de notre programme en offrant le vaccin aux garçons contribuera à protéger nos jeunes contre les cancers liés au VPH ainsi que d’autres troubles graves de santé – nous croyons qu’il s’agit là d’un choix sensé. »

– Mme Pauline Frost, ministre de la Santé et des Affaires sociales

« La vaccination contre le VPH est sans danger et offre une protection maximale contre l’infection au VPH et les complications qui s’ensuivent, y compris les verrues génitales et les cancers anogénitaux. Le vaccin est plus efficace avant que la personne soit exposée au VPH. Le programme scolaire est la meilleure façon d’offrir efficacement le service au plus grand nombre d’enfants. »

– Dr Brendan Hanley, médecin hygiéniste en chef du Yukon

En bref

  • Le virus du papillome humain est l’infection transmise sexuellement la plus répandue au Canada et partout dans le monde.
  • Il se transmet au cours des relations ou des contacts sexuels (y compris les contacts avec la peau). Environ trois personnes sur quatre contractent le VPH au cours de leur vie.
  • Il n’existe aucun remède contre le VPH. Toutefois, le vaccin peut prévenir l’infection, notamment contre les types de VPH qui sont responsables de divers cancers, y compris la plupart des cas de cancer du col de l’utérus.
  • Le vaccin contre le VPH est sans danger. Les effets secondaires varient habituellement de mineurs à modérés et ne durent qu’un jour ou deux. Plus de 200 millions de doses du vaccin ont été administrées dans le monde.
  • La Semaine nationale de promotion de la vaccination (du 22 au 29 avril) souligne l’importance de la vaccination.

Pour en savoir plus : Programme de vaccination à l’intention des élèves de 6e année

Renseignements :

Sunny Patch
Communications
Conseil des ministres
867-393-7478
sunny.patch@gov.yk.ca

Michael Edwards
Communications
Santé et Affaires sociales
867-667-8539
michael.edwards@gov.yk.ca

Communiqué numéro 17-076