Gouvernement du Yukon


Pour diffusion immédiate
Le 15 juillet 2016

Lancement de nouveaux programmes de gestion canine pour aider les collectivités du Yukon

WHITEHORSE – Le gouvernement du Yukon lance deux nouveaux programmes, l’Initiative de gestion canine communautaire et le Projet de stérilisation canine dans les collectivités pour remédier aux problèmes liés à la population canine dans les collectivités.

« Le gouvernement territorial a comme priorité d’assurer la sécurité du public et des chiens », a dit le ministre de l’Environnement, M. Wade Istchenko. « Ces nouveaux programmes aideront les collectivités en leur fournissant les moyens de résoudre de façon adaptée à leurs besoins les problèmes que soulève la présence des chiens en leur sein. »

L’initiative de gestion canine communautaire et le Projet de stérilisation canine dans les collectivités ont été élaborés afin d’aider les collectivités à remédier aux problèmes de chiens féraux ou non désirés.

Dans le cadre de l’Initiative de gestion canine communautaire, la Section de la santé animale aidera les dirigeants communautaires à préparer un plan d’action pour résoudre le problème des chiens. Cette aide pourrait porter sur la mise sur pied de groupes de travail au sein de la collectivité, la création de registres de chiens, l’adoption de mesures facilitant la remise volontaire des chiens dont les propriétaires ne veulent plus s’occuper, l’élaboration de règlements municipaux, la mise sur pied conjointe de campagnes de sensibilisation ou toute autre mesure permettant de cibler les besoins particuliers de la collectivité.

« Il n’y a pas de solution universelle », a dit le ministre Istchenko. « Chaque collectivité est aux prises avec un problème particulier. La Section de la santé animale travaillera de concert avec les dirigeants locaux et pourra leur donner des conseils et leur fournir des moyens de répondre aux besoins propres de leur collectivité. »

Le Projet de stérilisation canine dans les collectivités consistera à absorber une partie du coût d’une ovario-hystérectomie, à raison d’une chienne par propriétaire vivant dans une collectivité rurale du Yukon. En concentrant les ressources sur la stérilisation des femelles, on vise à favoriser une population canine plus en santé, à réduire le nombre de chiots abandonnés et à diminuer les comportements agressifs des chiens mâles et leur rassemblement en meutes que déclenche la présence de femelles en chaleur. Une somme de 250 $ par ovario-hystérectomie sera versée directement au vétérinaire ayant effectué l’intervention chirurgicale, jusqu’à concurrence de 115 chiennes par année. Le choix du vétérinaire est laissé à la discrétion du propriétaire. 

Le projet sera mis en application à compter du 1er août 2016 et fonctionnera selon le principe du premier arrivé, premier servi. Les dirigeants locaux peuvent communiquer avec la Section de la santé animale à n’importe quel moment pour obtenir du soutien par l’entremise de l’Initiative de gestion canine communautaire.

Cliquez sur le lien pour en savoir plus sur le Programme de gestion canine communautaire (en anglais)

-30-

Renseignements :

Michael Edwards
Communications
Conseil des ministres
867-393-6470
michael.edwards@gov.yk.ca

Roxanne Stasyszyn 
Communications
Environnement Yukon
867-332-0219
roxanne.stasyszyn@gov.yk.ca
Communiqué no 16-266

Dossier d’information sur l’Initiative de gestion canine communautaire et le Projet de stérilisation canine dans les collectivités

Pourquoi n’offre-t-on plus de soutien financier pour la stérilisation des chiens mâles?

La stérilisation des femelles est une mesure de gestion plus efficace pour assurer la santé des populations canines, réduire les comportements agressifs des mâles et améliorer la santé des chiens.

La stérilisation des femelles garantit qu’elles n’auront pas de chiots, alors que si elles ne sont pas stérilisées, la naissance de chiots est encore possible même s’il n’y avait qu’un seul chien non castré vivant dans toute la collectivité. Et l’ovario-hystérectomie est bénéfique pour la santé de la femelle. En plus de la soulager du stress qu’engendrent les gestations continuelles et qui compromettent sa longévité, l’intervention la met à l’abri de tumeurs mammaires ou ovariennes et d’infections de l’utérus.

Bien que la castration de chiens mâles soit reconnue comme contribuant à réduire certains comportements liés à la production de testostérone, comme le fait d’uriner en levant la patte et l’agressivité envers d’autres mâles, elle ne réduit en rien leur agressivité territoriale envers les humains. En stérilisant les femelles, on contribue à réduire le nombre de chiennes en chaleur et, par conséquent, les batailles entre chiens et la constitution de meutes qui en sont souvent le résultat. 

Les avantages pour la santé associés à la castration des mâles sont moins bien fondés. Certes, elle peut aider à prévenir les tumeurs testiculaires, une pathologie rare qui ne met généralement pas la vie de l’animal en danger, mais les recherches indiquent que castrer les mâles en bas âge les expose à d’autres maladies, comme des tumeurs osseuses ou hématologiques. Les propriétaires de chiens mâles devraient consulter leur vétérinaire et tenir compte de ces facteurs avant de décider de faire castrer leur animal.

Pourquoi la stérilisation des chattes n’est-elle pas couverte par le programme?

Lorsque le projet était à l’étude, les principaux problèmes pris en considération étaient la menace que fait peser sur les populations locales la présence de meutes de chiens errants et le nombre de chiens abandonnés ou non désirés dans les collectivités rurales. La surpopulation féline n’était pas au nombre des préoccupations soulevées. Il est vrai que les chats peuvent transmettre certaines maladies aux humains, mais ils ne posent pas de risque majeur pour la sécurité publique.

Pourquoi les résidents de Whitehorse sont-ils exclus du programme de stérilisation?

L’évaluation du programme d’indemnisation pour la stérilisation des animaux de compagnie a montré que les résidents des collectivités rurales avaient plus de difficulté à obtenir des services vétérinaires. Il peut s’avérer très coûteux et assez compliqué d’apporter son chien jusqu’à Whitehorse. Plusieurs personnes ne font pas stériliser leur animal parce qu’elles ne peuvent pas s’absenter du travail ou n’ont pas les moyens d’absorber les coûts de transport, d’hébergement et de repas pour ce faire. Même les résidents de Dawson et de Haines, où des services vétérinaires sont offerts, sont désavantagés parce qu’ils n’ont pas de choix de vétérinaires.

Et les collectivités de la taille de Whitehorse sont fiscalement avantagées; elles prélèvent suffisamment de taxes pour pouvoir embaucher des agents chargés de faire appliquer les règlements municipaux, assurer le contrôle des chiens errants et obliger les propriétaires à se responsabiliser relativement à leurs animaux. Par conséquent, les collectivités de taille plus modeste ou non constituées en municipalité sont plus à risque d’être aux prises avec un problème de meutes de chiens qui mettent la sécurité du public en danger. 

Je vis dans une région rurale du Yukon, mais mon code postal commence par Y1A. Ma chienne est-elle admissible?

Malheureusement, pour l’instant, votre chienne n’est pas admissible au Projet de stérilisation canine dans les collectivités. Le but premier du projet est de remédier au problème de surpopulation canine et de chiens non désirés dans les collectivités où les chiens sont plus susceptibles de se regrouper en meutes. Les meutes de chiens sont une menace pour les enfants dans les cours d’école et les personnes âgées dans la collectivité. Les secteurs ruraux en périphérie de Whitehorse n’ont pas ce problème. Les chiens vivant dans une zone rurale pourraient devenir admissibles à l’avenir, mais pour le moment, les ressources sont concentrées sur les chiens présentant un problème dans les collectivités.

Ça semble injuste de procéder selon le principe du premier arrivé, premier servi. Cela exclut les personnes qui sont absentes pour l’été ou celles dont la chienne est trop jeune. Que se passera-t-il quand les fonds seront épuisés?

Le budget alloué à ce projet est limité et nous n’avons pas assez d’argent pour faire stériliser les chiennes de tous les propriétaires de chiens du Yukon. Nous prenons les mesures pour faire connaître le programme et inviter les personnes intéressées à ne pas tarder si elles veulent en profiter. Nous envisageons la possibilité de poursuivre le programme s’il est populaire, alors ceux qui ne peuvent en profiter cette année pourront le faire l’an prochain.

La mise sur pied de ce programme découle-t-elle de l’enquête menée par la coroner sur le décès survenu à Ross River?

Non. L’élaboration d’un nouveau programme de stérilisation est en cours depuis l’évaluation de l’ancien programme. Bien que certains éléments du programme reflètent les réalités avec lesquelles les collectivités du Yukon, dont Ross River, sont aux prises, il n’est pas la résultante directe de l’enquête de la coroner, qui d’ailleurs n’est pas encore terminée.

Sur quoi s’est-on basé pour fixer l’indemnisation à 250 $?

L’ancien programme était fondé sur une entente conclue avec les vétérinaires en vertu de laquelle on avait établi un plafond pour la stérilisation des chats et des chiens. Le bon qui était remis couvrait la moitié de cette somme (185 $). Le propriétaire devait payer la différence; dans certains cas, la municipalité ou le gouvernement autochtone s’en chargeait. Le nouveau programme ne couvre que l’ovario-hystérectomie des chiennes, soit l’intervention chirurgicale la plus coûteuse en matière de stérilisation des animaux de compagnie. La somme accordée par le gouvernement a été majorée pour couvrir au moins la moitié du coût moyen de l’opération.

Que dois-je faire pour obtenir ce crédit de 250 $? Dois-je payer toute la facture et me faire ensuite rembourser?

Les 250 $ seront déduits du montant à payer à votre vétérinaire pour faire stériliser votre chienne. Vous n’aurez pas à payer le plein montant ni à attendre de vous faire rembourser. Le vétérinaire est payé directement à même les fonds administrés par la Section de la santé animale. Vous devrez payer la totalité du solde après déduction des 250 $.

Puis-je faire faire cette opération par n’importe quel vétérinaire?

Vous pouvez confier la stérilisation de votre chienne à n’importe quel vétérinaire exerçant au Yukon. Tous ont été consultés durant l’élaboration du projet et tous y adhèrent. Les vétérinaires doivent signer une entente avec le gouvernement du Yukon pour qu’on puisse procéder au versement de la subvention. Au moment de prendre rendez-vous pour l’opération, confirmez avec votre vétérinaire qu’il s’est acquitté de cet aspect du programme.

Puis-je demander que d’autres services vétérinaires soient effectués en même temps que la stérilisation – par exemple, faire vacciner ma chienne – ou dois-je prendre un rendez-vous distinct?

Il faudra en parler à votre vétérinaire. Certains vétérinaires préfèrent que l’animal soit vacciné avant l’opération, et que d’autres soins, par exemple des soins dentaires, soient donnés lors d’une visite ultérieure. Certains sont disposés à faire certaines exceptions pour les personnes qui viennent de loin pour faire traiter leur animal. On vous recommande donc de communiquer avec le vétérinaire de votre choix et de prendre les dispositions nécessaires selon ce qu’il recommande.

Les 250 $ alloués ne peuvent servir qu’à la stérilisation de l’animal. Tous les autres coûts, y compris les médicaments, sont à la charge du propriétaire.

Nous avons plusieurs chiennes. Pouvons-nous les faire stériliser toutes en même temps?

Le projet ne couvre qu’un animal par propriétaire, de façon à donner au plus grand nombre la possibilité d’en tirer profit et de distribuer les fonds de la façon la plus équitable qui soit entre tous ceux qui y sont admissibles. Si le programme est populaire, nous envisageons de le poursuivre l’an prochain, alors les personnes qui ont plus d’une chienne pourraient avoir la chance de les faire stériliser plus tard.

Pourquoi faut-il indiquer les coordonnées du propriétaire sur le formulaire de demande de fonds pour la stérilisation?

Le gouvernement finance ce projet afin d’aider à réduire les risques que font peser sur la sécurité publique les meutes de chiens dans les collectivités rurales. Nous devrons évaluer le projet pour déterminer dans quelle mesure il permet d’atteindre cet objectif. Pour ce faire, nous avons besoin des coordonnées des propriétaires pour faire un suivi. Il est bien indiqué sur le formulaire que les propriétaires remplissent avec le vétérinaire pour obtenir la subvention que ces renseignements sont recueillis en vertu de la Loi sur la protection des animaux et de la Loi sur la santé des animaux et sont protégés conformément à la Loi sur l’accès à l’information et la protection de la vie privée. Ils ne serviront qu’aux fins prévues par le programme et pour son évaluation.  

Pourquoi avez-vous cessé de remettre des bons?

Les bons qui étaient remis garantissaient que l’argent serait mis de côté pour le propriétaire jusqu’à ce qu’il fasse stériliser son animal. Nombre de propriétaires ne s’en sont jamais prévalus, mais l’argent était bloqué et ne pouvait servir à personne d’autre. Selon le nouveau programme, les fonds sont versés directement aux vétérinaires, une fois l’intervention chirurgicale terminée. De cette façon, on s’assure que l’argent est utilisé par les personnes qui passent à l'action sans tarder et prennent rendez-vous pour faire stériliser leur chienne. 

Pourquoi n’accorde-t-on plus la priorité aux personnes à faible revenu, comme c’était le cas anciennement?

Auparavant, le projet était administré par la société protectrice des animaux du Yukon qui s’était donné comme objectif d’aider les gens à faible revenu qui ne seraient peut-être pas en mesure de prendre soin d’un animal. C’est pourquoi le niveau de revenu était un des facteurs dont la société tenait compte pour déterminer l’admissibilité au programme. Le nouveau programme a pour but de compenser le préjudice économique que subiraient les personnes des collectivités rurales qui veulent faire stériliser leur chienne.  

Pourquoi le gouvernement ne finance-t-il plus la société protectrice des animaux du Yukon pour administrer le programme de stérilisation?

Pour la société protectrice des animaux du Yukon, la responsabilisation des propriétaires d’animaux de compagnie est très importante, mais le temps consacré par le personnel à l’administration du programme s’avérait très coûteux pour l’organisme. Par ailleurs, le gouvernement du Yukon tient absolument à évaluer l’efficacité du programme et pour ce faire, il a besoin d’être l’autorité responsable de la cueillette et de l’administration des renseignements personnels nécessaires à cette évaluation.

Communiqué numéro 16-266