Gouvernement du Yukon


Pour diffusion immédiate
Le 22 février 2016

Une taxe sur le carbone n’est pas une solution viable pour les familles yukonnaises

WHITEHORSE — Le premier ministre, M. Darrell Pasloski, a réaffirmé aujourd’hui que le gouvernement du Yukon était contre l’imposition d’une taxe sur le carbone comme moyen de réduire les émissions de gaz carbonique au Yukon et dans le Nord canadien.

« Les collectivités du Nord canadien ont une économie modeste qu’ils doivent faire croître », a déclaré M. Pasloski. « Nous devons veiller à l’essor de l’économie afin que les résidents des régions nordiques puissent prospérer et ne pas être accablés de frais supplémentaires qui font obstacle à leur succès. Le Yukon ne peut appuyer une approche uniformisée qui ne tiendrait pas compte des besoins à l’échelle régionale. »

Une taxe sur le carbone aurait une incidence défavorable sur la qualité de vie dans le Nord puisqu’on y brûle du carburant non par luxe, mais bien par nécessité, par exemple pour le chauffage et le transport. Une telle taxe entraînerait une augmentation du coût de la vie, lequel est déjà élevé en raison de l’éloignement du Yukon, et cela nuirait à notre économie, qui deviendrait moins concurrentielle.

« Dans le Nord, nous contribuons à réduire les émissions de gaz à effet de serre », a souligné M. Pasloski. « L’électricité produite au Yukon provient à 95 % de sources renouvelables, et nous continuons d’injecter des fonds pour améliorer nos infrastructures publiques et privées dans le but d’améliorer l’efficacité énergétique. Il y a de nombreuses façons de réduire les émissions sans imposer une nouvelle taxe. »

Le gouvernement du Yukon appuie entièrement les mesures visant à contrer les effets négatifs du changement climatique, comme cela est indiqué dans la Stratégie énergétique du Yukon ainsi que dans le Plan d’action sur le changement climatique. La mise en place des mesures contenues dans ces documents nous a amenés à étendre le réseau hydroélectrique du territoire afin de diminuer la dépendance des collectivités rurales à l’égard du diesel, à adopter une stratégie yukonnaise en matière de bioénergie, à convertir au gaz naturel une installation servant de source d’énergie d’appoint fonctionnant au diesel, à développer de nouvelles technologies au Centre d’innovation en climat froid, et à mettre en œuvre un projet de production hydroélectrique de nouvelle génération.

Les émissions de gaz à effet de serre du Yukon représentent moins d’un pour cent des émissions du Canada. Toute stratégie nationale élaborée dans le but de réduire les émissions de gaz carbonique doit comprendre des investissements dans la recherche de technologies nouvelles et dans l’amélioration des technologies existantes. Elle doit aussi prendre en compte les défis bien particuliers que pose la vie dans le Nord et les besoins liés à l’économie du Yukon.

« J’espère qu’à l’occasion de la prochaine rencontre des premiers ministres canadiens, les dirigeants auront la possibilité de discuter d’emploi, d’économie, de même que d’autres questions qui intéressent l’ensemble des Canadiens », a ajouté M. Pasloski.

-30-

Renseignements :    

Dan Macdonald
Communications
Conseil des ministres
867-393-6470
dan.macdonald@gov.yk.ca

Sarah Crane
Communications
Conseil exécutif
867-667-5270
sarah.crane@gov.yk.ca

Communiqué numéro 16-059