Gouvernement du Yukon



Pour diffusion immédiate
Le 26 février 2015

Une délégation yukonnaise participe à la table ronde nationale sur la disparition et le meurtre de femmes et de filles autochtones

WHITEHORSE — Le premier ministre, M. Darrell Pasloski, la chef de la Première nation des Kwanlin Dün, Mme Doris Bill, et le chef du Conseil des Tlingits de Teslin, M. Carl Sidney, seront au nombre des délégués yukonnais qui participerontà la table ronde nationale sur la disparition et le meurtre de femmes et de filles autochtones qui aura lieu le 27 février, à Ottawa. Cette table ronde a été organisée par des organismes autochtones nationaux et réunira des dirigeants autochtones, fédéraux, provinciaux et territoriaux, de même que les membres de familles qui ont perdu des êtres chers.

« La prévention de la violence contre les femmes et les filles autochtones est une priorité pour le gouvernement du Yukon, et nous tenons à travailler en collaboration avec toutes les parties concernées », a déclaré M. Darrell Pasloski. « Le but de la table ronde est d’établir un dialogue entre tous les ordres de gouvernement et les représentants et familles autochtones, afin de trouver ensemble des solutions à ce grave problème et de faire avancer les choses. »

« La table ronde est une première étape importante, mais il reste encore beaucoup à faire. Depuis des années, l’Association des femmes autochtones du Canada et les Premières nations de partout au pays réclament une enquête nationale, et je continue à appuyer leur requête. Collectivement, nous devrons chercher des solutions, et ce, de façon constructive, fournir du soutien aux familles et, finalement, trouver des moyens de rendre nos collectivités sécuritaires pour les femmes et les filles autochtones. Le dialogue, c’est bien, mais je veux voir des résultats concrets », a avoué la chef Doris Bill.

« Il faut éliminer la violence faite aux femmes et aux filles autochtones et faire en sorte que des cas semblables ne se reproduisent plus. La table ronde est un bon début, mais nous exhortons également le gouvernement fédéral à lancer une enquête nationale sur la question. Il s’agit d’une étape essentielle si nous voulons empêcher que de telles tragédies ne surviennent. Les victimes, ce sont nos filles, nos sœurs, nos mères, nos tantes, nos grands-mères, mais d’abord et avant tout, ce sont des êtres humains », a poursuivi le chef Carl Sidney.

Lors d’une réunion avec des dirigeants autochtones nationaux, tenue à Charlottetown le 27 août 2014, les premiers ministres des provinces et des territoires ont réitéré leur appui à une initiative proposée par l’Assemblée des Premières Nations et l’Association des femmes autochtones du Canada, à savoir celle d’organiser une table ronde nationale sur la disparition et le meurtre de femmes et de filles autochtones. Le gouvernement du Yukon a également donné son soutien aux dirigeants autochtones nationaux lorsque ceux-ci ont demandé qu’une enquête sur cette question soit menée à l’échelle du pays.

« Le gouvernement du Yukon s’intéresse de près à ce problème depuis plusieurs années et est très actif dans ce dossier, tant à l’échelle nationale que locale », a expliqué la ministre responsable de la Direction de la condition féminine, Mme Elaine Taylor. « Nous avons tenu deux sommets régionaux et participé à quatre sommets nationaux des femmes autochtones. Nous continuons aussi à veiller à ce que nos initiatives soient guidées par le leadership dont font preuve des femmes autochtones qui luttent pour réduire le nombre disproportionné de cas de violence envers des femmes et des filles autochtones au Yukon ».
 
Depuis 2004, le gouvernement du Yukon a versé 1,7 million de dollars au Fonds de prévention de la violence faite aux femmes autochtones. De 2010 à 2013, il a accordé plus de 222 000 $ au projet yukonnais Sœurs en esprit. Il a aussi investi 450 000 $ environ pour la mise en œuvre des recommandations faites lors du Sommet des femmes autochtones du Yukon, tenu en 2012.

Au Yukon, il y a 39 cas connus de femmes autochtones disparues ou assassinées. Ces tragédies ont ébranlé toutes les collectivités et toutes les Premières nations du Yukon.

-30-

Voir le document d’information.

Renseignements :

Elaine Schiman
Communications
Conseil des ministres
867-633-7961
elaine.schiman@gov.yk.ca

Heather LeDuc
Communications
Conseil exécutif
867-667-5339
heather.leduc@gov.yk.ca


Membres de la délégation du Yukon – Table ronde nationale sur la disparition et le meurtre de femmes et de filles autochtones

  • Darrell Pasloski, premier ministre
  • Lorraine Netro, coprésidente du Conseil des femmes de l’Assemblée des Premières Nations
  • Doris Bill, chef de la Première nation des Kwanlin Dün
  • Carl Sidney, chef du Conseil des Tlingits de Teslin
  • Dorothy Smith, représentante de la Liard Aboriginal Women’s Society
  • Krista Reid, présidente du Whitehorse Aboriginal Women’s Council
  • Marian Horne, présidente du Yukon Aboriginal Women’s Council
  • Diane Sharon Lilley, sœur de Cindy Burk qui a été assassinée sur la « route des larmes », dans le nord de la Colombie-Britannique, en 1990
  • Kelli Taylor, directrice de la Division des relations avec les Autochtones (gouvernement du Yukon)
  • Jennifer England, directrice de la Direction de la condition féminine (gouvernement du Yukon)

Communiqué numéro 15-062