Gouvernement du Yukon



Pour diffusion immédiate
Le 14 mai 2014

Le Yukon est chef de file au pays relativement à la réalisation d’une étude sur la prévalence de l’ETCAF

WHITEHORSE — En partenariat avec le Child & Family Research Institute, du BC Children’s Hospital, et l’Université de la Colombie-Britannique, le ministère de la Justice a lancé une étude sur la prévalence de l’ensemble des troubles causés par l’alcoolisation fœtale (ETCAF) chez les personnes incarcérées ou en liberté surveillée au Yukon. Le but de cette étude est de mieux comprendre pourquoi de nombreuses personnes au sein de la population carcérale souffrent de troubles causés par l’alcoolisation fœtale (TCAF), de troubles mentaux ou de troubles liés à la toxicomanie.

L’étude a récemment reçu un certificat de déontologie du UBC Children’s and Women’s Health Centre of British Columbia Research Ethics Board. Tout au long de l’étude, le personnel du ministère de la Justice fera des entrevues et des évaluations et triera les cas. Les données recueillies seront par la suite analysées par le personnel de l’Université.

« Le gouvernement du Yukon, de concert avec des partenaires, tente d’améliorer les services et les traitements offerts aux adultes des populations carcérales aux prises avec des troubles causés par l’alcoolisation fœtale, des troubles cognitifs ou mentaux ou encore des troubles liés à la toxicomanie », a indiqué le ministre de la Justice, M. Mike Nixon. « Les résultats de cette étude guideront nos prochaines démarches. »

Afin de dresser un portrait précis de la prévalence de la maladie, 150 volontaires (hommes et femmes) âgés de 18 à 40 ans, atteints de TCAF ou non, participeront à l’étude.

« Nous sommes reconnaissants envers les personnes qui se sont portées volontaires », a indiqué la responsable de l’étude sur la prévalence de l’ETCAF, Mme Kailey LeMoel. « Nous espérons que les résultats de l’étude contribueront à améliorer la prestation des services au Yukon. »

Cette étude s’inscrit dans le cadre d’un projet plus vaste portant sur l’ETCAF, entrepris conjointement par le ministère de la Justice et celui de la Santé et des Affaires sociales. Ceux-ci ont pour mandat de mettre sur pied, à l’échelle locale, une équipe de diagnostic en matière d’ETCAF chargée de relever les lacunes dans la gestion des cas et les services offerts et de trouver des façons d’y remédier.

« L’information obtenue par suite de cette étude novatrice aidera non seulement les Yukonnais incarcérés qui souffrent de TCAF, mais elle sera aussi une ressource importante pour tous les Canadiens », a ajouté M. Nixon.

Pour en savoir plus :
Consultez la page Web www.justice.gov.yk.ca/fr/FASDStudy.html.

-30-

Un document d’information est fourni en annexe.

Renseignements :

Elaine Schiman
Communications
Conseil des ministres
867-633-7961
elaine.schiman@gov.yk.ca

Lily Gontard
Communications
Justice
867-667-3221
lily.gontard@gov.yk.ca

Stephanie Dunn
Spécialiste des communications
Child & Family Research Institute
604-875-2678
sdunn@cfri.ca

Document d’information

L’initiative de l’actuel gouvernement du Yukon découle des recommandations formulées en 2008 par suite de la tenue de la conférence nationale sur l’accès à la justice pour les personnes atteintes de TCAF, organisée par le ministère de la Justice du Yukon et Justice Canada.

L’initiative du gouvernement comporte deux volets : 1) travaux de recherche menés par l’Université de la Colombie-Britannique et dirigés par le ministère de la Justice du Yukon; 2) élaboration d’un cadre de travail et renforcement des capacités, sous la direction du ministère de la Santé et des Affaires sociales.

En 2013, le gouvernement du Yukon a signé un accord de recherche de trois ans avec l’Université de la Colombie-Britannique, qui décrit de quelle façon sera menée l’étude. L’accord traite également des dispositions financières relatives à l’analyse des données et à la préparation de rapports, de l’entreposage des documents, des principes de déontologie, des résultats attendus et du rôle de chacun des membres de l’équipe de recherche, comme celui du chercheur principal.

Le projet vise à déterminer la prévalence de l’ETCAF et d’autres problèmes liés à la santé mentale et à la toxicomanie au sein de la population carcérale, à juger de la validité de plusieurs outils utilisés pour le dépistage de l’ETCAF et à veiller à ce que l’approche utilisée pour la recherche et les modèles de projet puissent être adaptés à d’autres établissements correctionnels au Canada.

La chercheuse principale, qui dirige également la recherche, est la Dre Kaitlyn McLachlan; celle-ci a élaboré une méthodologie de recherche qu’elle a présentée au comité de déontologie aux fins d’examen. La Dre McLachlan est titulaire d’une bourse de perfectionnement postdoctoral de l’Université de l’Alberta; elle travaille au Child & Family Research Institute (CFRI) du Children’s BC Hospital, en collaboration le Dr Tim Oberlander, pédiatre spécialisé en développement et professeur à l’Université de la Colombie-Britannique.

Les objectifs du volet « élaboration d’un cadre de travail et renforcement des capacités » de l’étude sur l’ETCAF menée par le gouvernement du Yukon sont les suivants : accroître au Yukon la capacité de diagnostiquer et d’évaluer les adultes aux prises avec des TCAF, améliorer la coordination des cas dépistés, permettre aux contrevenants souffrant de TCAF d’avoir accès aux services et de recevoir du soutien, et sensibiliser la population du territoire à l’ETCAF afin qu’elle en comprenne mieux les ramifications.

L’étude sur la prévalence de l’ETCAF est dirigée par un comité formé de représentants des partenaires du projet : le ministère de la Justice du Yukon, le ministère de la Santé et des Affaires sociales du Yukon, Service correctionnel Canada, Justice Canada, le Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies, le Northern Institute of Social Justice, le Collège du Yukon, la Fetal Alcohol Syndrome Society Yukon et la First Nations Health and Social Development Commission.

Le Yukon copréside le comité de coordination à l’échelle fédérale, territoriale et provinciale au sein du comité directeur formé des ministres responsables de la recherche sur l’ETCAF.


Communiqué numéro 14-126