Gouvernement du Yukon



Pour diffusion immédiate
Le 3 décembre 2012

Projets subventionnés par le Fonds pour la prévention du crime et les services aux victimes

WHITEHORSE – Le Fonds pour la prévention du crime et les services aux victimes accorde 96 575 $ en vue de financer six projets dans trois collectivités du Yukon, a annoncé aujourd’hui le ministre de la Justice, M. Mike Nixon.

« Ce Fonds sert à financer des programmes communautaires visant à renforcer le tissu social de nos collectivités. La sensibilisation des jeunes et la mise sur pied d’activités constructives à leur intention font partie intégrante de nos efforts visant à prévenir la criminalité au sein de la population », a déclaré M. Nixon. « Chacun de ces projets contribue vraiment à rendre nos collectivités plus sûres et plus soucieuses du bien-être de ses membres. »

Les projets financés par le Fonds ont pour objet :

  • d’offrir des services et de l’information aux victimes d’actes criminels;
  • de réduire la criminalité;
  • de s’attaquer à la source même du problème;
  • de prévenir la violence faite aux femmes et aux enfants; 
  • de renseigner les gens sur la prévention du crime et sur les moyens à prendre pour éviter de devenir une victime.

« Depuis quinze ans, le Fonds a servi à financer des projets véritablement communautaires ayant pour objectif de prévenir la criminalité et de soutenir les victimes d’actes criminels », a indiqué le révérend Martin Carroll, vice-président du conseil d’administration du Fonds. « Par ailleurs, je suis sans cesse frappé par la qualité des projets proposés. »

« Les membres du Boys and Girls Club de Whitehorse tiennent à exprimer leur profonde gratitude d’avoir reçu une subvention du Fonds pour la mise en œuvre du projet Kulinary Kids », a fait savoir Duncan Johnstone, coordonnateur de projet pour l’organisme. « Ce programme nous permettra d’aider les jeunes à devenir plus autonomes en leur offrant des modèles positifs à imiter, en favorisant leur estime de soi et en les sensibilisant à la question des stéréotypes sexuels négatifs. »

Le Fonds est financé par diverses sources définies dans la Loi sur le fonds pour la prévention du crime et les services aux victimes. Le conseil d’administration du Fonds examine les propositions de projets et accorde des subventions deux fois par année. La prochaine date limite pour le dépôt des demandes est le 15 février 2013.

Le public est invité à contribuer au financement de projets communautaires en faisant un don en argent; il suffit de communiquer avec la Direction des services aux victimes et de la justice communautaire, au 867 667 8746.

-30-

Voir le document d’information ci-dessous

Renseignements :

Elaine Schiman
Communications
Conseil des ministres
867-633-7961
elaine.schiman@gov.yk.ca
Shari-Lynn MacLellan
Communications
Justice
867-393-7081
shari-lynn.maclellan@gov.yk.ca

Document d’information

LISTE DES PROJETS APPROUVÉS DANS LE CADRE DU FONDS – AUTOMNE 2012

Boys and Girls Club de Whitehorse – 20 000 $ pour le programme Kulinary Kids!
Renseignements : Duncan Johnstone, au 867 393 2824.

Gentle Steps Equine Assisted Learning Centre – 12 000 $ pour le programme d’apprentissage assisté par le cheval et de soutien à l’intention des parents.
Renseignements : Elisabeth Lexow (Watson Lake), au 867 536 7479.
 
Village de Carmacks – 3 400 $ pour son programme d’activités à l’intention des jeunes et des familles.
Renseignements : Cindy Underhill, au 867 863 5057.

Strong Aboriginal Sisters Support Society – 5 000 $ pour l’élaboration du nouveau projet S.A.S.S., auquel participeront des femmes autochtones, visant à aider les filles de 12 à 16 ans à développer leur estime de soi et le respect de soi.
Renseignements : Stephanie Brown, au 867 393 7105.

Première nation de Little Salmon/Carmacks – 30 675 $ pour la Northern Tutchone Uncle’s Retreat.
Renseignements : Viola Mullett, au 867 863 5576.

Skookum Jim Friendship Centre – 25 500 $ pour son programme de tutorat parascolaire.
Renseignements : Kayla Mintz, au 867 633 7689.

EXEMPLES DE RÉUSSITES DE PROJETS APPROUVÉS À L’AUTOMNE 2011

  • La veille du jour de l’An 1997, la vie de la famille McIntosh, de Squamish, en Colombie-Britannique, a complètement basculé lorsque Bob McIntosh, qui s’était rendu chez un voisin où une fête battait son plein, a été horriblement battu à mort après s’être plaint du bruit. Katy Hutchison, la femme de Bob, et ses deux jeunes enfants ont alors dû affronter la cruelle réalité des conséquences de ce meurtre. Malgré le fait que plus de 150 jeunes se trouvaient sur les lieux de la fête, personne n’a voulu dire quoi que ce soit, et ce n’est qu’au bout de cinq ans que des accusations ont pu être portées contre Ryan Aldridge, alors âgé de vingt-cinq ans, pour le meurtre de Bob. On imagine facilement que Katy Hutchison aurait pu éprouver de la haine, de l’animosité, de la crainte, de la colère ou d’autres sentiments de ce genre envers Ryan Aldridge, mais Katy a choisi une autre voie. Elle a voulu rencontrer Ryan, entendre de sa bouche ce qui s’était passé ce soir-là, lui dire qu’elle avait à cœur sa guérison et qu’elle voulait qu’il l’aide à guérir de sa propre douleur. Ryan et Katy ont pu se rencontrer, et après que Ryan a obtenu sa libération conditionnelle, ils ont commencé à donner des conférences ensemble.

    Le Fonds a permis à Katy Hutchison de venir au Yukon pour raconter son histoire à plus de 1 800 Yukonnais à Haines Junction et à Whitehorse. Elle a expliqué comment le manque d’encadrement des adolescents, l’alcool et la drogue et de mauvais choix ont été à l’origine de la tragédie. Elle a parlé du besoin qu’elle avait d’établir une relation de sympathie avec Ryan, et des effets positifs que cette relation a produits sur elle, sur Ryan et sur ses deux enfants. Elle a également expliqué comment sa participation à un processus de justice réparatrice lui a donné la possibilité de tourner la page après avoir vécu une si grande douleur. Mis sur pied par le Yukon Circle of Change, le projet a connu un grand succès.
  • Le Whitehorse Aboriginal Women’s Circle (WAWC) est un organisme à but non lucratif, qui se donne pour mission de contribuer à la guérison et au bien-être des femmes autochtones au Yukon. De septembre 2010 à septembre 2011, le WAWC a pu fournir des services de défense des intérêts des femmes autochtones grâce au financement reçu précédemment dans le cadre du Fonds. Cependant, une fois que le programme pilote a pris fin, l’organisme devait chercher à obtenir du financement à long terme pour le projet, et ce, en démontrant, d’une part, que les femmes autochtones ont besoin des services d’une personne qui défend leurs droits et qu’elles désirent qu’une telle personne soit engagée, et, d’autre part, qu’une telle personne pourrait vraiment contribuer à la guérison des femmes.

    Grâce au financement reçu dans le cadre du Fonds, on a pu embaucher un consultant pour procéder à une évaluation des besoins relatifs aux services d’une personne qui défend les droits des femmes autochtones. Au total, 347 femmes de neuf collectivités yukonnaises ont répondu à un sondage et 420 autres l’ont fait sur Facebook. Les membres du WAWC sont très satisfaites des résultats du sondage, et elles estiment que les données recueillies sont représentatives d’un vaste échantillon de femmes autochtones yukonnaises de tous âges.

Communiqué numéro 12-236