Gouvernement du Yukon



Pour diffusion immédiate
Le 17 janvier 2012

Au gouvernement, la vigilance continue d’être de mise en ce qui a trait à l’analyse de l’eau

WHITEHORSE — Le gouvernement du Yukon analysera chaque mois l’eau du puits communautaire de Keno, et ce, pendant les six prochains mois; par la suite, des analyses seront effectuées tous les trois mois afin de rassurer les résidents de la collectivité quant à la qualité de leur source d’eau publique.

Le ministre de Santé et Affaires sociales, M. Doug Graham, a déclaré aujourd’hui qu’en plus des analyses mensuelles effectuées par le ministère des Services aux collectivités, son ministère, par l’intermédiaire du Service d’hygiène du milieu, couvrira le coût des analyses de l’eau de tout puits privé effectuées dans la région.

Ces commentaires du ministre font suite à la publication des résultats des analyses qui ont été faites récemment à partir d’un puits de surveillance peu profond, installé au moment de la fermeture et de la remise en état par la Elsa Reclamation and Development Corp (ERDC), filiale de Alexco Resources, de mines abandonnées situées à proximité de Keno. Ce puits est placé à environ 70 mètres de l’entrée de la galerie d’accès Onek.

Selon les dernières analyses effectuées en 2010, la qualité de l’eau de quatre puits privés, situés à courte distance du puits de surveillance, est conforme aux Recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada. Cependant, jusqu’à ce que de nouvelles analyses soient faites, le ministre conseille aux résidents de ne pas boire l’eau de ces puits, ni de s’en servir à d’autres fins.

« Nous ne croyons pas que la qualité de l’eau soit une source de préoccupations, mais nous comprenons que les résidents de Keno veulent être rassurés au sujet de leur eau potable et, à cet effet, nous prenons des mesures pour assurer la sécurité publique et protéger l’intégrité de l’approvisionnement public en eau potable », a déclaré M. Graham.

Les analyses effectuées à l’un des puits de surveillance ont montré de hauts niveaux de cadmium (1200 µg/l) et de zinc (70 000 µg/l). Afin que l’eau soit bonne à boire, le niveau de ces métaux doit être de 5 µg/l, dans le cas du cadmium, et de 5 000 µg/l, dans le cas du zinc. Le ministre affirme que ces résultats étaient à prévoir étant donné la proximité de l’ancienne galerie d’accès et qu’ils reflètent les données sur l’eau recueillies dans les environs au cours des 20 dernières années.

Le cadmium est un métal rare qui existe naturellement dans l’environnement. Il ressemble au zinc du point de vue chimique et apparaît naturellement dans le minerai sulfuré contenant du zinc et du plomb. Lorsqu’il est ingéré, le cadmium se dépose dans le foie et les reins, et à fortes doses, il peut entraîner une insuffisance rénale et de l’ostéoporose. Les cigarettes contiennent également du cadmium en quantité importante.

-30-

Renseignements :

Elaine Schiman
Communications
Conseil des ministres
867-633-7961
elaine.schiman@gov.yk.ca

Pat Living
Communications
Santé et Affaires sociales
867-667-3673
patricia.living@gov.yk.ca


Communiqué numéro 12-005