Gouvernement du Yukon

gov_fr Fish_Wildlife-Management-Board-fr


Pour diffusion immédiate     numéro 10-211
Le 22 novembre 2011


Début de l’examen conjoint du plan de conservation et de gestion du loup

WHITEHORSE – La Commmission de gestion de la faune aquatique et terrestre du Yukon et le ministère de l’Environnement sont en train d’effectuer un examen conjoint du plan de conservation et de gestion du loup afin de voir si certains principes et conditions écologiques ont changé depuis sa mise en vigueur en 1992.

« Grâce à cet examen, nous espérons que les parties intéressées sauront mieux quelles sont les mesures actuellement prises pour gérer les populations de loups du Yukon, mesures qui font en sorte que les loups ainsi que leurs proies soient vus comme faisant partie intégrante des divers écosystèmes yukonnais », a déclaré le ministre de l’Environnement, M. John Edzerza.

Le plan de conservation et de gestion du loup fournit des lignes directrices relativement aux décisions qui doivent être prises pour assurer la survie à long terme des populations de loups au Yukon.

« L’examen nous permettra de savoir sur quels nouveaux principes, s’il y a lieu, doivent reposer les futures prises de décisions concernant la gestion du loup en général dans le territoire », a déclaré le président de la Commission de gestion de la faune aquatique et terrestre du Yukon, M. Richard Sidney.

L’examen du plan de conservation et de gestion du loup comportera des réunions publiques de même que des rencontres avec les conseils des ressources renouvelables et les Premières nations. Un site Web sera réservé à la publication de rapports, résultats de recherche et autres renseignements sur les loups et sur la gestion de ces animaux, ainsi que du plan original. Les six membres du comité d’examen assureront la coordination de celui-ci et passeront en revue les 40 recommandations qui avaient été intégrées dans le premier plan, en tenant compte des commentaires reçus et des recherches en cours.

On s’attend à ce que les recommandations finales au sujet des modifications à apporter au plan soient prêtes d’ici juillet 2011. En vertu des ententes définitives sur les revendications territoriales, la Commission de gestion de la faune aquatique et terrestre du Yukon constitue le principal outil de gestion en ce domaine et a notamment pour mandat de faire des recommandations en ce qui a trait à la gestion du loup.

Il y a au Yukon de 4 000 à 4 500 loups, qui sont bien portants. Environ 130 d’entre eux sont tués chaque année par les chasseurs ou les piégeurs. Il est illégal de gaspiller les peaux de loup.

On trouvera plus de renseignements sur l’examen du plan de conservation et de gestion du loup sur le site Web suivant : yfwcm.ca/yukonwolfplanreview. Le comité d’examen tiendra des séances publiques dès le début de l’année prochaine.

-30-

Voir le complément d’information ci-joint.

Renseignements :

 

 

Roxanne Vallevand
Communications
Conseil des ministres
867-633-7949
roxanne.vallevand@gov.yk.ca

Nancy Campbell
Communications
Ministère de l’Environnement
867-456-6794
nancy.campbell@gov.yk.ca

Graham Van Tighem
Commission de gestion de la faune aquatique et terrestre du Yukon
867-667-3754
execdirector@fwmb.ca

 

Document d’information relatif au plan de conservation et de gestion du loup

Le plan de conservation et de gestion du loup (PCGL) a été publié en 1992. Il émane des préoccupations croissantes exprimées par la population au sujet de la politique de réduction du nombre de loups afin de stabiliser les principales populations de caribous, à savoir celles de Finlayson, des lacs du Sud et d’Aishihik, ou d’en favoriser la croissance.

Un groupe de neuf personnes de différents horizons, dirigé par un facilitateur, a élaboré un plan mettant de l’avant les valeurs écologiques des loups et de leurs proies, ainsi que la valeur propre/d’existence du loup. Des 40 recommandations faites par le groupe, trois seulement avaient trait à la réduction des populations de loups, et ce, à certaines conditions précises.

Les recommandations énoncées dans le plan de conservation et de gestion du loup portaient sur huit domaines : l’utilisation non consommatrice des loups (ex. l’observation de la faune); l’utilisation consommatrice des loups (ex. le piégeage); la gestion des ongulés; les loups et l’agriculture; les programmes de réduction du nombre de loups; la sensibilisation du public et la résolution des conflits; les exigences relatives aux travaux de recherche; l’examen et la modification futurs du plan.
Le gouvernement du Yukon, de concert avec les Premières nations touchées, a mené deux programmes fructueux de revitalisation des hardes de caribous non fondés sur la réduction du nombre de loups.

  1. Harde de caribous Chisana – les nouveaux-nés ont été placés dans une zone clôturée pour les protéger contre les prédateurs. Sur une période de trois saisons de chasse, soit de 2003 à 2005, le nombre de bêtes que comptait la harde s’est stabilisé. Toutefois, cette méthode ne peut être appliquée que pour des hardes de moins de 100 caribous.
  2. Harde de caribous des lacs du Sud – la chasse est interdite depuis 1993; les Premières nations ont obtenu de leurs membres qu’ils s’abstiennent volontairement de chasser; on n’a pas encouragé les initiatives d’aménagement susceptibles de nuire à l’habitat du caribou. La population de caribous est en croissance, mais il faudra encore plusieurs années avant que la chasse soit de nouveau permise.

Environnement Yukon continue d’affecter du personnel à temps plein à des travaux de recherche sur les loups. En 2009, on a terminé une étude sur les loups de la région des lacs du Sud, qui a coûté 45 000 $.

Il existe ici un système naturel de stabilisation des populations dont le Yukon tient compte dans les décisions relatives à la chasse aux ongulés (l’orignal et le caribou), particulièrement en ce qui concerne le nombre de prises. À l’heure actuelle, la plupart des populations d’ongulés du territoire sont en bonne santé. Toutefois, le milieu sauvage – partout présent au Yukon – n’est pas synonyme de chasse illimitée des espèces; des restrictions quant au nombre de prises s’imposent donc pour certaines populatio

 

<%img_newsarticle%>