Gouvernement du Yukon

Secteurs économiques

Agriculture | Énergie | Production de films et d’enregistrements sonores | Pêche | Secteur forestier | Chasse | Exploration et exploitation minière | Tourisme | Piégeage

Visitez le site Web de « Invest Yukon » pour de plus amples renseignements sur les possibilités d’investissements au Yukon.


Agriculture

L'industrie agricole est peu développée, mais elle prend de plus en plus d'importance. Sa croissance économique découle de la vente de produits et de l’approvisionnement de marchés locaux.

La superficie totale des terres agricoles atteint environ 12 500 hectares, dont 40 % sont des terres cultivées et 20 % sont en voie d’aménagement pour une utilisation agricole future.

La plupart des terres utilisées à des fins agricoles sont situées près des collectivités les plus importantes du territoire. Soixante-dix pour cent des fermes du Yukon sont situées dans un rayon de 100 kilomètres de Whitehorse. Environ la moitié des terres aménagées servent à la culture, et le reste sert de pâturages.

À l’ouest de Whitehorse, le secteur de la vallée de la Takhini constitue le plus grand secteur agricole du territoire. On trouve aussi d’autres secteurs agricoles importants près de Dawson, de Watson Lake et de Mayo.

La Direction de l’agriculture du gouvernement du Yukon (en anglais) offre une gamme de programmes et de services en vue d’appuyer cette industrie naissante.


Énergie

Au Yukon, l’hydro-électricité (en anglais) a toujours constitué la source prédominante d’énergie. Le Yukon utilise aussi des sources d’énergie provenant de la combustion au diesel, de même qu’une petite quantité d’énergie éolienne (en anglais).

Les ressources charbonnières du Yukon sont largement inexploitées. De même, le potentiel de ressources pétrolières et gazières (en anglais) reste encore largement inexploré et inexploité.

Le Yukon produit du gaz naturel et trois puits de gaz naturel sont exploités dans le champ gazéifère Kotaneelee; cependant, il n’y a pas d’installation de traitement du gaz naturel dans le territoire. Toute l’énergie dérivée du gaz naturel consommée au Yukon est importée de raffineries de gaz de l’extérieur.

L’énergie solaire (en anglais) est utilisée pour le chauffage de locaux et d’eau chaude et pour générer de l’électricité. On fait appel à des installations micro-éoliennes et hydroélectriques pour la production d’électricité dans des régions isolées. La biomasse, (en anglais) sous forme de bois de chauffage, de copeaux ou de granules, est utilisée pour le chauffage de locaux, et on a aussi recours à l’énergie géothermique pour prévenir le gel des systèmes de distribution d’eau des municipalités. Toutefois, les sources d’énergie renouvelable sont pratiquement inexploitées.

Le gouvernement du Yukon examine actuellement différentes sources d’énergie de remplacement. Il cherche à profiter des débouchés liés à l’utilisation de méthodes plus efficaces de production et de conservation de l’énergie afin de renforcer et de diversifier encore davantage l’économie du Yukon.


Production de films et d’enregistrements sonores

Le Yukon a joué un rôle de premier plan dans certains films et a aussi servi de toile de fond pour nombre de productions cinématographiques, y compris de grandes productions d’Hollywood, des documentaires, des publicités et des séries mariant l’animation et la prise de vues réelles.

Le Yukon a toujours été réputé pour ses sites magnifiques et ses paysages d’hiver enneigés. Aujourd’hui, le Yukon gagne en popularité partout dans le monde en raison de ses espaces uniques et saisissants et de l’éclatante lumière solaire estivale qui permet de réaliser de longues journées de tournage.

L’industrie yukonnaise de l’enregistrement musical regroupe des artistes primés et des artistes du disque dont les ventes ont atteint le niveau platine. Des musiciens et des artistes de partout au Canada peuvent aussi profiter des excellents studios d’enregistrement qui se trouvent ici même au Yukon.


Pêche

Les résidents et les visiteurs apprécient la pêche sportive et vivrière. On trouve au Yukon toute une variété de poissons, dont quatre espèces de corégone, cinq espèces de saumon et neuf espèces de poisson sportif.

Dans plusieurs régions du Yukon, les Autochtones pratiquent toujours la pêche vivrière, et cette activité constitue un volet important dans la vie de maintes familles. Le saumon et les poissons d’eau douce sont pris dans des filets maillants, puis séchés et fumés selon les méthodes traditionnelles. Certaines entreprises pêchent le saumon, le touladi et le corégone qu’elles écoulent sur les marchés locaux.

On trouve au Yukon 24 lacs ensemencés avec de la truite arc-en-ciel, de l’omble chevalier, du kokani et du saumon quinnat. Du fait qu’ils réduisent le taux de fréquentation des pêcheurs dans les autres lacs, les lacs ensemencés contribuent à la conservation d’espèces indigènes à croissance lente, tel le touladi.

La passe migratoire et l’écloserie de Whitehorse furent construites en vue d’assurer le retour annuel du saumon quinnat, qui suit la route migratoire la plus longue au monde. L’installation est un site touristique passionnant qui permet au public d’observer le saumon quinnat en migration, de même que d’autres espèces de poissons d’eau douce.


Secteur forestier

Une partie importante du Yukon se trouve au sud de la limite de la zone arborée et environ 57 %, ou 270 000 km2, de la superficie est couverte par la forêt boréale. Au moins 81 000 km2 de cette étendue possède un couvert forestier permettant la récolte de bois.

Actuellement, l’industrie forestière du Yukon (en anglais) se compose de petits exploitants qui abattent de petites quantités de bois à diverses fins (bois d’œuvre, maisons en rondins, bois de chauffage). Les espèces les plus répandues sont l’épinette blanche, l’épinette noire, le pin de Murray, le sapin subalpin, le tremble et le peuplier baumier.


Chasse

Les Yukonnais chassent à des fins de subsistance et récréatives ou pour se rapprocher de la nature. La chasse est une activité profondément enracinée dans les coutumes ancestrales et la culture des Premières nations du Yukon.

Les excursions de chasse guidées avec des chasseurs non-résidents sont consignées depuis 1912. Nombre de pourvoyeurs utilisent à tour de rôle des terrains de chasse qui ne sont généralement accessibles qu’à cheval, par avion ou par bateau.


Exploration et exploitation minières

La ruée vers l’or du Klondike de 1898 a fait connaître le Yukon dans le monde entier. Aujourd’hui, ses gisements miniers de premier ordre sont à la base d’une industrie minière en plein essor.

Bien que l’exploitation aurifère (en anglais) reste un secteur économique important, l’attention se tourne maintenant davantage vers les importants gisements inexploités de zinc et de plomb, d’argent, de tungstène, de fer, de molybdène, de nickel, de cuivre (en anglais) et de charbon (en anglais) . Mentionnons, au nombre de ces gisements, le deuxième plus important gisement de minerai de fer au monde encore inexploité, ainsi que l’un des plus importants gisements de zinc et de plomb au monde encore inexploité.

Les investisseurs nationaux et internationaux s'intéressent aux ressources minérales inexploitées et profitent de l'infrastructure routière et des installations de transport qui permettent d'acheminer les ressources minérales vers les marchés. La demande accrue de ressources naturelles a stimulé les investissements visant l’exploration minière au Yukon et la mise en valeur des mines.

La Commission géologique du Yukon (en anglais) a créé et tient à jour une base de données géoscientifiques modernes des gisements minéraux au Yukon. Le personnel de la Commission géologique réalise des projets de cartographie du soubassement rocheux, des évaluations minières, des levés géochimiques et géophysiques et des études environnementales.


Tourisme

L’industrie yukonnaise du tourisme génère des retombées dans pratiquement tous les autres secteurs de l’économie. Les secteurs touristiques sont répartis en cinq catégories : transport, hébergement, services de restauration, loisirs et divertissements, et services de voyages.

Un pourcentage important des entreprises touristiques sont exploitées par des propriétaires uniques et offrent des services saisonniers. Les services touristiques du Yukon font l’objet d’une promotion active et efficace auprès des marchés intérieurs et internationaux.

Les six centres d’information touristique offrent des conseils de voyage à plus de 325 000 visiteurs chaque année. De même, l’Agence des services frontaliers du Canada accueille près de 420 000 personnes qui traversent la frontière de l’Alaska au Yukon – plus de 80 % d’entre eux arrivent entre mai et septembre.


Piégeage

Le commerce des fourrures est la plus ancienne industrie du Yukon. Elle remonte au début du 19e siècle, époque où les Tlingits commencèrent à faire du troc avec les Athapaskans de l’intérieur, servant ainsi d’intermédiaires aux commerçants russes. Entre la moitié et la fin du siècle, les Premières nations du Yukon ont commencé à traiter directement avec les commerçants américains et britanniques.

Aujourd’hui, le piégeage occupe une place importante dans l’économie du Yukon et constitue une source de revenus très appréciée dans nombre de petites localités.

Le Yukon abrite 14 espèces d’animaux à fourrure qui sont chassés au moyen de pièges : le castor, le coyote, le pékan, le renard roux, le renard arctique, le lynx, la martre, le vison, le rat musqué, la loutre, l’écureuil, l’hermine (la belette), le loup et le carcajou.

Les zones de piégeage sont désignées comme des concessions de piégeage enregistrées, soit des parcelles de terre pour lesquelles le titulaire reçoit les droits exclusifs de piégeage des animaux à fourrure. On compte 333 concessions de piégeage enregistrées. À ce jour, environ la moitié des piégeurs du Yukon sont autochtones. Le système encourage les piégeurs à gérer leur concession comme un fermier gère sa ferme et son bétail, en surveillant les populations d’animaux à fourrure et leur habitat et en assurant la durabilité des récoltes.